Basilique de Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

Le souffle des moines

Pendant 8 siècles, Longpont a été habité par des moines.
Que reste-t-il de ce temps-là ? Quelle trace ont-ils laissée ?
L’architecture, tout du moins ce qui reste de médiéval, c'est-à-dire la nef de notre actuel basilique mais aussi la configuration du bourg de Longpont où tout converge vers le parvis.
Il reste aussi un vaste espace ouvert sur la vallée de l’Orge, souvenir tangible du parc et des jardins des moines de Longpont.
Le prieuré de Longpont était un réseau d’influence régional assez considérable avec des biens, des terres, des vignes, des fermes, des moulins et même le patronage sur les églises de Forges les Bains, Orangis, Orsay, Bondoufle, Pecqueuse.
Au-delà des revenus et des comptes, qui connaîtra exactement l’influence spirituelle du prieuré de Longpont sur ses possessions ? Les dizaines de cartons d’archives nous laissent surtout la trace des conflits, procédures et comptabilités.
Le souffle de la prière et de la vie, lui, ne laisse guère d’archives.
Il nous reste surtout cette grande église bâtie à la fois pour les pèlerins, les paroissiens et les moines. Sous les pierres de la basilique, celui qui tend l’oreille entend encore la prière des moines. Habile combiné de lumière et d’ombres. « La lumière profane change mais non point celle qui est décantée sous ces voûtes » selon la formule de Paul Claudel.
Notre basilique un peu tordue, massive, asymétrique, est là, ancrée dans le sol comme un coquillage sur son rocher.
Ce n’est pas exactement la beauté des miss France mais elle a la beauté d’une vieille lavandière qui aurait passé sa vie à laver le linge sale de tout le village. Longpont reste une église prête à accueillir et à nous embellir.
Mutilée, abîmée, en partie reconstruite, elle, est toujours là, habitée par la grâce.
Merci aux moines de Cluny d’avoir porté à Longpont la prière. Merci aux clunisiens d’avoir entretenu ici, auprès de Marie, le souffle du ressuscité.

Père Frédéric Gatineau,
Mars 2010