Basilique de Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

Thomas, la basilique et le voile de Marie.

Sur le tympan du grand portail, on repère deux tombeaux. Ils illustrent les deux séquences successives de la « dormition de Marie ». Autour du premier tombeau, on distingue 11 personnages qui déposent le corps de la Vierge Marie. Les visages ont disparu dans les guerres de 1562 mais on reconnaît tout de même St Jacques qui tient délicatement le linceul à la tête de la Mère de Dieu, son habit est joliment décoré de coquilles. Les 10 autres apôtres sont représentés tantôt droits, tantôt penchés autour de la Mère de l’Eglise. Sur le tombeau de droite, les anges ont remplacé les apôtres. Ils tiennent aussi le linceul mais cette fois pour emmener Marie dans la gloire du Ciel.
Pourquoi seulement 11 apôtres autour du tombeau ?
Pour comprendre cette représentation, il faut se reporter à une jolie légende. On raconte que, mystérieusement prévenus du trépas imminent de Marie, les apôtres se seraient rassemblés pour recueillir son dernier souffle. Tous seraient venus sauf un, Thomas. Thomas n’aurait donc pas voulu croire à l’Assomption de Marie comme il avait refusé de croire, dans un premier temps, à la résurrection du Christ. Sceptique, Thomas aurait fait ouvrir le tombeau de Marie et le trouva rempli de fleurs. La Vierge Marie du haut du ciel, dénoua sa ceinture et la laissa choir entre les mains de l’apôtre. Ce voile de Marie aurait donc été le signe donné à l’incrédule de l’Assomption de la Mère de Dieu.
Il se trouve que le reliquaire de Longpont conserve un fragment de ce mystérieux voile. L’authentique médiéval qui accompagne la précieuse relique qu’on dit avoir été apportée par St Denis précise qu’il s’agit de la « chainture de la bienheureuse Vierge ».
À Longpont, le Ciel est vraiment à portée de mains.

Père Frédéric Gatineau
Assomption 2012