Basilique de Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

Vive le carême !

Ca y est, nous y sommes, c'est le Carême qui commence. Je ne sais pas si cette perspective vous séduit mais le cycle liturgique a la sagesse d’éveiller nos rythmes, C’est le Carême. Qu'allons-nous en faire ? Dans les médias on parle beaucoup plus du « ramadan », certains en sont un peu agacés. C’est sans doute que le Carême n’intéresse plus personne, il n’intéresse même plus les chrétiens. Ils sont devenus raisonnables. À quoi bon essayer d’être un saint pendant quarante jours si c’est pour se retrouver pire encore, une fois le temps de grâce passé ? N’est-ce pas un peu artificiel tout cela ? Jeûner, à quoi bon ? Il vaut mieux essayer de manger moins chaque jour, c’est beaucoup plus intelligent et profitable pour la santé. Prier plus ? Mais j’en ai besoin tout le temps et puis la période n’est pas très bien choisie. Il y a plein de choses à faire en ce moment et les églises sont froides. Mieux vaudrait faire Carême pendant l’été, pendant les vacances quand j’aurai du temps et qu’il fera plus chaud. Partager ? Mais, presque chaque matin, je reçois une enveloppe qui me demande de donner à ceci ou à cela, au cancer, aux lépreux, aux aveugles, aux pauvres, à l'Église. Je n’arrête pas de donner. Je sais ce que je fais de mon budget, je n’ai pas besoin du Carême pour être généreux.
Se réconcilier ? D'accord, mais on ne va pas jouer à s’imaginer qu’il n'y aura plus de conflits entre moi et ceux qui ne pensent pas comme moi et puis, à quoi bon me confesser et demander pardon puisque de toutes façons je retomberai dans les mêmes péchés ? Non, mieux vaut essayer de se convertir un peu chaque jour...
Commençons aujourd’hui. C’est le carême !

Père Frédéric Gatineau
Carême 2012