Basilique de Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

  • La Basilique de Longpont (91) et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

    La Basilique de Longpont (91)

    et le Secteur Pastoral de Montlhéry-Longpont

Une marche pour le Carême

Faut-il faire des efforts pendant le temps du Carême ? Le Carême est le temps qui prépare à Pâques. Tout ce qui peut aider à se libérer et donc à ressusciter avec Jésus au jour de Pâques est très bien mais c’est Jésus qui sauve et pas nos efforts.
Le Carême n’est pas le Ramadan ; toutefois on peut s’interroger sur le « succès » du ramadan chez nos frères musulmans et son écho dans la société française. Ce qui marque, dans le ramadan, c’est la dimension sociale. On fait Ramadan ensemble (avec quelquefois un brin de contrainte du collectif sur l’individu). Notre Carême chrétien à coté paraît bien individuel voir individualiste. On a beaucoup insisté sur la dimension personnelle de la foi, garante d’une authentique démarche spirituelle mais le propre de la personne c’est aussi d’être liée à une communauté. Le Carême se commence ensemble, le Mercredi des Cendres, et il se termine ensemble, à la veillée Pascale.
Dans l’esprit du Carême, les « privations » sont un effort pour se maîtriser, « l’homme ne vit pas seulement de pain », mais c’est aussi une occasion pour partager avec les plus démunis. Au terme du Carême, il y a la grande collecte du 5e dimanche dans toutes les églises de France pour le CCFD (Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement).
Pour renforcer cette dimension communautaire du Carême, notre secteur a choisi cette année de marcher chaque semaine. Il s’agira de relier, au fil des dimanches, les 8 églises de notre Secteur pastoral avant de participer ensemble à la messe là où nous arriverons. Suivant les horaires des messes des paroisses qui nous accueilleront, nous marcherons le samedi ou bien le dimanche, de bonne heure ou bien plus tard. Durant la marche, nous méditerons sur le livret « la fraternité » que notre évêque nous propose cette année. Marcher, « péleriner », c’est sortir de chez soi, c’est rejoindre d’autres, c’est se laisser façonner comme Peuple de Dieu, c’est ressusciter avec le Christ de Pâques. Ensemble, marchons !

Père Frédéric Gatineau
Carême 2015